prolongement de la ligne 4
visite virtuelle

carte des travaux

Les travaux de la Porte d'Orléans Les travaux autour de la Mairie de Montrouge Les travaux à Montrouge autour de la Place du Général Leclerc Les travaux à Montouge autour de la Place du 8 mai 1945
8/6/2012
Zoom sur cinq nouvelles fresques

Cinq nouvelles fresques photographiques, les dernières de ce grand chantier qui arrive à son terme en fin d’année 2012, viennent d’être mises en place sur une palissade à Porte d’Orléans et quatre à Montrouge. Comme les 26 autres qui ont fleuri sur toute la zone de travaux du prolongement de la ligne 4, elles sont l’œuvre du duo d’artistes contemporains Maria Barthélémy et René Sultra. L’occasion de s’attarder sur ces images étonnantes et parfois mystérieuses qui animent le trajet de milliers de personnes depuis près de quatre ans.  

Première clef d’approche de cette originale commande des partenaires du Prolongement de la ligne 4 du métro parisien :  les artistes-photographes « montrent en haut ce qui se passe en bas ». Les photos présentées sont loin d’être assemblées par hasard, mais sont soigneusement choisies en fonction de « ce qui se passe » sous le lieu même de l’exposition. Elles donnent à voir ce monde inconnu du public, lèvent le voile sur les coulisses du chantier, travaillent à la fois sur l’espace en mutation et sur les gestes des hommes qui le façonnent. Ce point de vue documentaire n’exclut pas la liberté de création : les artistes jouent sur les échelles, élargissent les perspectives, rapprochent des matières, déclinent des couleurs. Les fresques recèlent aussi des éléments mystérieux, images en 3D et bandes de couleur de la mire télévisuelle, qui chatouillent le regard et introduisent des éléments poétiques et intrigants dans cette vision inédite de la ville en mouvement. Visite guidée, de la Porte d’Orléans à l’extrémité de la ligne.

Pâli PO-04c, square Koufra, à la Porte d’Orléans

 
La fresque de 2 mètres de haut et 13 de long est centrée sur la pose des rails de la voie de service sous le puits Appel jusqu’au tunnel à deux voies qui se raccorde à la ligne existante. Les photos de gauche montrent l’état du chantier sous la voûte du tunnel à la jonction des voies qui arrivent de Paris et vont vers Bagneux. Au centre, la forme blanche en 3D miroite et ombre l’environnement. Elle recouvre presque la mire colorée, signature visuelle du tandem d’artistes : le chantier s’achève,  la réalité du chantier prend le pas sur la vision créative…

Pâli M-01c, devant l’Eglise de Montrouge



Plus longue (15,70m) mais un peu moins haute (1,60 m), cette palissade étire sur plus d’une quinzaine de mètres son univers métallique et déjà technologique : nous sommes au niveau –1 et dans la salle des billets, le béton est maintenant habillé. Nous découvrons l’ascenseur, l’espace public vu de l’intérieur du guichet (au centre gauche) et le local technique du niveau -3 où vont se trouver redresseurs et transformateurs électriques. Les mires colorées dont les bandes verticales rythment les images semblent se faire grignoter par le nouveau décor…

Pâli M-03c, place du général Leclerc


Plans rapprochés et perspectives fuyantes caractérisent cette fresque installée au-dessus du bout de la station Mairie de Montrouge. Elle met centralement en vedette  la largeur, mais surtout la profondeur de la station et la linéarité des voies et des quais déjà utilisés pour stocker les rouleaux de câbles électriques sur le point d’être posés. Sur la droite, le géomètre en gros plan qui vérifie l’alignement des voies semble dialoguer avec la forme blanche, représentation symbolique de l’univers.

Pâli M-07c, place du 8 mai 1945

Longue de 18 mètres, cette fresque présentant l’édification de la voie surélevée qui permet la maintenance des rames est un florilège de courbes : celles de la voie  qui suit exactement le changement de direction de l’Avenue de La République à l’Avenue de Verdun et qui, au bout du tunnel, s’enfonce dans la zone de maintenance ;  celles des dos penchés des techniciens sur leur travail ;  celles aussi des gaines électriques rouges et tentaculaires, qui semblent se mesurer aux lignes de la mire.

Pâli M-08c, place du 8 mai 1945


De l’autre côté de l’emprise de la place du 8 mai 1945, une dernière palissade, la plus courte, se centre sur la construction du local technique au bout de la ligne. Dans une ambiance métallisée et pastelle peuplée de diagonales et d’angles droits, ce panorama expose les différents matériaux de construction, d’isolation, d’évacuation des fumées et de protection contre le feu en œuvre pour cette partie du chantier.